On s’ennuyait ferme chez Carven. Même ma grand mère ne voulait plus y mettre les pieds. Mais il y a eu notre super héros … Oui oui : Guillaume Henry qui, en plus d’avoir une gueule sympathique, a rhabillé les pensionnaires du « Couvent des Oiseaux » avec une touche de perversité. Il a su réveiller en douceur cette maison tout en restant fidèle à l’image de la griffe.

Avec perfection et justesse, le créateur nous livre des silhouettes aux chemises boutonnées jusqu’au ras du cou, des pièces de cuir qui viennent ceindre le tout; on imagine des écolières en quêtes de plaisirs inavoués … Imprimés graphiques, broderies, dentelles, décolletés voyageurs, micros shorts taille haute, mini-jupes évasées de cuir font de la femme Carven, une femme faussement bourgeoise mais franchement sexy. Enfin, des bleu pétrole, jaune moutarde, rouge criant, et rose pale chamboulent astucieusement le classicisme de la coupe.

C’est frais, un tantinet SM, on aime et on adopte.