C’est de saison. Et ça gagne plutôt pas mal.

De retour pour vous jouer de mauvais tours, la Fashion Week Fall/Winter 2012/2013 a entretenu les préliminaires entre Milan et Paris ces deux dernières semaines, et ça calotte pas mal sur les runways bande de pacholles.

Prêt à vous taper une petite review de l’orgie textile meilleure que le résumé du film « Les Ravageuses à la ferme » doublé en allemand ?

 

PLASTIQUE.

Le plastique c’est fantastique. Et bien dites-vous que l’on a retrouvé sur le podium de Jil Sander le mari de dame Ginette, tout de matière sac poubelle vêtu. Coupé à l’ancienne. Avec tout ce cuir, on se demande si on tombe dans un remix pornofist de la marche des SS.  Et pourtant, Raf Simons propose en fait une sorte de vision de trois éléments de la garde-robe masculine : le cuir noir, le col marin et le costume.

À ne pas mettre entre toutes les mains : il suffirait de traîner dans des endroits un peu sombres et vous pourriez vous retrouver casté pour le prochain documentaire de la Fistinière. Mais mention spéciale pour le pull diplodocus, qui réveille le petit garçon sortant de la cantine qui est en moi. Et c’est là le point de la collection mise en place par Raf Simons, confronter l’homme « padre » et l’homme « garçon ».

En tous les cas, entre le porte-documents et le sandwich au tofu préparé par maman, le choix reste mince. Affaire à suivre.

 

 

TRAFIC.

Renault Trafic. Grimpez dans le van avec Donatella. Après avoir exhibé sa pacholle chez le vêtement de masse H&M cet hiver, la belle sympathique directrice de Versace propose aux hommes de 2012 d’embarquer dans son armée psychédélique de paratroopers saupoudrés de paillettes goût fleur des champs. On creuse dans le passé bling de la famille et on balance tout ce qui est susceptible de plaire l’hiver prochain. Un peu comme gaver de jeunes filles obèses en camp d’amincissement avec des Skittles géants.

On arrête là. Dona reprend tous les hits de l’hiver 2012 pour les compiler en un seul, mais attention à la constipation. En même temps, comme dirait Oscar Wilde, « rien ne réussit comme l’excès ». À méditer.

 

 

HÉROIQUE.

Les X-Men ont brûlé leurs costumes. Trop de transpiration, trop de germes. Résultat, des mycoses, des ongles jaunis et des pieds qui puent. Du coup, ils gardent leur blazer du bureau pour sauver le monde et commander leur pizza chez le chinois du coin. C’est cet esprit de super-héros en « costume » qu’ont essayé de capter Nicola Formichetti et Romain Kremer : du tailoring en force quoi.

BONUS : le teddy des deux créateurs

Ouais c’est pas le costume de ton père pour son 2ème mariage en 1986. Plutôt celui que t’aurais emprunté dans la Batcave, qui te moulax et te fait des trapèzes de super-héros(on reste dans le thème de la marque). Notez que l’on reste dans les codes couleurs de cet hiver, ça évitera de racheter un nuancier Pantone. Et bien sûr, tich ! le teddy Mugler.

 

 

ANTIQUE.

Des Minotaures en jupette ont foulé le sol de l’arène Givenchy le 20 janvier dernier, exhibant fièrement les anneaux qui pendaient de leurs naseaux, tandis que les étoiles scintillaient sur leurs épaules. Riccardo Tisci a su donner au mythe grec un vent nouveau, faisant flotter l’American flag au-dessus des orgies du Parthénon (littéralement « l’appartement des jeunes filles »).

Mi-homme mi-taureau, l’homme Givenchy balance entre hard tailoring monochromatique et sportswear extreme. Combinaison gagnante, ça donne envie de prendre tarif et de faire le plein à tout ce qui passe.

Installez-vous sur la spanking table, c’est Riccardo qui distribue la fessée.

 

Envie d’avoir l’air d’un street-bandit ? En 2012 on abandonne le look Cosa Nostra,on brûle le combo jogging/AirMax et on enfile sa jupe de gladiateur. Le gang Givenchy s’installe en ville, tich nigga.

 

Voici un avant-goût de cette Fashion-Week européenne, comme je vous l’avais dit, les préliminaires de ce qui s’annonce quand l’été sera tellement 2011. En attendant, ça commence à donner faim, et j’ai pas assez de trottoir pour gagner de quoi me procurer une once de ces jolies petites choses.

Au boulot.

COWABUNGA bande de catins.

Peace.