Il est vrai que je bosse dans un webzine qui s’adresse en partie aux hommes mais nous avons décidé de parler aux deux voir trois sexes confondus car nous ne considérons pas qu’il existe de barrière si infranchissable entre hommes et femmes et puis nous aimons tellement savoir ce que l’autre voit en nous. D’ailleurs, sachez que cette curiosité sera bien exploitée chez La Moue.

Lors de dîners mondains que j’organise régulièrement, nous abordons souvent le sujet des magazines masculins que nous trouvons bien souvent d’un piètre niveau car ce que nous faisons à La Moue déchire non ? Je remarque qu’à l’annonce d’un nouveau magazine masculin, l’excitation se fait sentir à l’idée d’avoir notre petit magazine chéri à nous qui ne serait pas celui qu’on emprunte à sa copine, un magazine qui aborderait les sujets qui nous intéressent…vraiment et puis c’est la déception.

 

Pourquoi la presse masculine est elle beauf?

 

  • L’Aston Martin, jamais tu ne pourras te l’acheter
  • Les filles à poil systématiquement, merci pour la subtilité de l’argument de vente
  • N’y a t il que les gens de Canal+ capables de faire des chroniques ?
  • Parce qu’elle fait le buzz sur des infos périmées depuis trois mois
  • Parce que Jean Dujardin et Yannick Noah

Finalement la presse masculine est un peu comme ce que Axe est au parfum, ça pique les yeux. Il n’y a pas de presse parfaite mais l’impression qui s’en dégage est qu’il semble que nous soyons sous estimés et caricaturés à travers ces magazines qui nous voient comme des machos avec de la crème anti-ride rêvant de mannequins vides d’esprit. Peut être est ce difficile de définir la cible masculine aujourd’hui essayons, ça vaut le coup, j’espère.