Ou savent au moins se rendre utile.

De l’eau, de l’urine et quelques prostituées ont coulé sous les ponts depuis notre dernière entrevue, mais avec la venue des beaux jours, quoi de mieux que de se faire une petite mise à jour fraîche qui passe bien dans l’entrejambe ?

On vous avait parlé le 8 novembre dernier d’un phénomène undernet (je viens de l’inventer, undergroud+internet) qui secouait les secoués de la toile, en proposant des sweats avec des imprimés que même ta grand-mère démontée sous acide pourrais même pas concevoir.

Sexy-Sweaters avait réussi à faire baver pas mal de monde, ce même monde qui s’imaginait déjà en train d’arborer fièrement son sweat fraîchement acquis le jeudi soir à la caisse du Monop’ le plus proche, et ce, dans le but de d’attirer les regards comme une boule à facettes multicolores et de choper la première meuf avec une bouteille de vodka bon marché et des paillettes sur toute la face.

Et bien dites-vous que Sexy-Sweaters c’est toujours pas mort, mais que d’autres ont préféré prendre le filon et le rendre réel.

Bienvenue chez WIACOLLECTIONS, où le tshirt imprimé grand format est de mise. On oublie un peu la folie du projet S-S, mais on reste sur une bonne base.

Matez donc.

Existe aussi en version meuf.

 

Voilà de quoi faire enrager votre meilleure copine bourgeoise russe, celle qui a toujours les avant-premières des accessoires du Vogue pas encore paru, et qui a un père baignant jusqu’au yeux dans la mafia, la drogue et la revente d’organes humains.

On retiendra le commandement 11. du Manifesto de WIA :

W.I.A. IS YOUR GRANDFATHER

Avec ça tout est dit.

COWABUNGA & CHEAP ASS.

Peace.

 

Et pour shopper, c’est là : wiacollections