Pas de violence, c’est les vacances.

Ça commence souvent comme ça, le soleil pointe son nez, et on entend plus parler de personne. Tout le monde disparaît, pas une cagole pour s’enfiler un cubis de rosé à l’horizon, même Pamela déserte.

Et on se retrouve seul sur la plage du lac des trois Sapins, à déprimer avec une glacière pleine de Kinder Bueno et de Kro, regardant d’un air bovin des enfants s’ébrouer et des chiens dans des canoës, et constatant avec perte et fracas l’arrivée imminente de la bouée abdominale.

Comment donc avoir l’air cool dans son moule-boule Carrefour ou son short de bain chopé en soldes à l’espace « Bonnes Affaires » chez Tati ? Et bien à moins de vous réincarner en tente Quechua deux places pour passer inaperçu, commencer d’abord par cramer vos braies façon BBQ, et célébrer le retour tardif de LaMoue.

On vous balance aujourd’hui dans la gueule ce qui pourra peut-être vous sauver cet été, si vous êtes du genre à exhiber le dessus de vos genoux au soleil et que vous voulez avoir la classe sur le yacht de Paris Hilton, ou le thonier de Laurence Boccolini.

Orlebar Brown est une marque anglaise qui se la ramène en 2007 pour proposer tel un vendeur de churros suant sur la plage des resort collec’, à savoir des vêtements spécialement orientés vacances au soleil. Et voilà qu’en collab’ avec le grand distributeur New-Yorkais Barney’s, Orlebar Brown nous balance des imprimés qui sentent bon le club med de luxe. Matez donc !

À 295 dollars pièce, vous pouvez choisir de mettre votre semaine de location en tente sur la plage de Knokke-Heist (Belgique) entre vos jambes ou d’investir dans un short et de compter sur le RSA pour payer des glaces italiennes qui finiront par terre à vos morveux.

En attendant, le àpoilisme est toujours gratuit, lui.

COWABUNGA X BOULES ENSSABLÉES

Peace.